Profil

Le Partenariat canadien pour la qualité en radiothérapie

Pourquoi nous? Pourquoi maintenant?

CPQRLa radiothérapie est un moyen sûr et efficace de traiter le cancer. Environ la moitié des personnes atteintes de cancer recevront ce type de traitement à un moment ou à un autre de leur maladie, soit à titre curatif, soit comme palliatif afin d’atténuer les symptômes. À l’heure actuelle, 44 programmes de radiothérapie sont en cours à travers le Canada et plus de 120 000 cycles de radiothérapie sont prescrits annuellement, la plupart du temps fractionnés en doses multiples et échelonnés sur plusieurs jours.

Le Partenariat canadien pour la qualité en radiothérapie est le fruit d’une alliance entre les principales associations professionnelles nationales œuvrant dans le domaine de la radiothérapie au Canada, soit l’Association canadienne de radio-oncologie (ACRO), l’Organisation canadienne des physiciens médicaux (OCPM) et l’Association canadienne des technologues en radiation médicale (ACTRM).  Santé Canada, par l’entremise du Partenariat canadien contre le cancer (PCCC), a fourni le soutien financier et stratégique des programmes du PCQR.  Les réussites actuelles du PCQR proviennent des partenariats stratégiques développés avec d’autres organisations, comme l’Association canadienne des agences provinciales du cancer (ACAPC), l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) et Agrément Canada.  Tant nos partenaires stratégiques que nos partenaires fondateurs ont soutenu – et continuent de le faire – l’intégration des programmes du PCQR au panorama canadien du traitement du cancer.

Un examen externe indépendant, entrepris en 2016, a souligné que le PCQR excelle dans plusieurs domaines et qu’il a des incidences positives sur le milieu canadien de la radiothérapie.  Parmi les réalisations du PCQR :

  • Il a fait la promotion d’une approche interdisciplinaire de l’identification et du développement de programmes.
  • Il a collaboré avec des partenaires afin de veiller à ce que les programmes puissent se mettre en œuvre et se mesurer.
  • Il s’est assuré un engagement durable de la part des professionnels de la radiothérapie et du milieu élargi de l’oncologie.
  • Il a utilisé ses ressources limitées de façon efficace et rentable.

Des renseignements détaillés sur l’évaluation du PCQR se trouvent dans le rapport d’évaluation préparé par Ference & Company (disponible en anglais seulement) ou dans le bulletin de rendement 2012-2017 du PCQR.

Direction et structure organisationnelle du PCQR

Il incombe au comité directeur d’établir les priorités stratégiques du programme et de miser sur des occasions nouvelles et émergentes.  Le comité comprend des représentants de ses organisations partenaires et de l’ACAPC ainsi que des patients bénévoles.  Dans le cadre d’une nouvelle entente avec le PCCC, le comité directeur du PCQR s’est engagé à repositionner et à réorganiser le PCQR afin qu’il s’harmonise mieux avec l’orientation actuelle et à venir des programmes.

 

Les Bénévoles du PCQR! G-D: M. Milosevic, E. Kumar, B. Liszewski, T. Purdie, J. Kildea, L. Bird, C. Davis, L. Wilson, M. Brundage, A. Prashad, E. Brown, A. Caissie

Voici la composition actuelle du comité directeur :

Steering Committee FR jpeg

 


Déroulement des opérations et ressources

Le PCQR a pu faire avancer le programme de qualité et de sécurité de la radiothérapie de façon importante depuis sa création.  Le PCQR a réussi à harmoniser ses programmes avec le personnel de première ligne et la haute direction à l’aide d’une approche communautaire et d’une approche descendante du travail, ce qui a permis à nos programmes de s’ancrer dans la communauté.  Bon nombre des accomplissements réalisés à ce jour découlent du temps considérable investi par le milieu de la radiothérapie.  Visant l’horizon 2022, le PCQR a élaboré un plan qui mise sur les structures actuelles de déroulement des opérations, lesquelles dépendent toujours de la participation de la communauté, mais intègrent des occasions d’engagement pour les nouveaux venus dans les professions touchées.

Le PCQR reconnaît qu’il faut veiller à la cohérence des programmes et du soutien stratégique et, à cette fin, a élargi le rôle du directeur général et a confirmé de nouveau l’engagement de l’OCPM à fournir des services d’administration financière.